L'histoire Hotchkiss en compétition

 

Dès 1903 Hotchkiss dépose les dossiers d'inscription de trois voitures à l'ACF. Mais Hotchkiss est absent de la course Paris-Madrid... C'est en 1904 à bord d'un canot automobile (dessiné par Alphonse Tellier et propulsé par un moteur Hotchkiss) que Henri Fournier assisté de Hubert Le Blond remportent les premières victoires de la marque Hotchkiss et les coupes Gaston Menier et Gordon Bennett rentrent à Paris.

De 1903 à 1907 on ne compte plus les courses auxquelles participent les Hotchkiss : Meeting d'Ostende, Circuit des Ardennes Belges, Semaine de Spa, Côte du Ventoux, Targa Vincenzo Florio, Grand Prix de l'ACF... Malgré toutes ces participations et victoires, la promotion de la marque n'est pas suffisamment assurée. En 1907 le vice-président, Laurence Vincent Benet, décide d'interrompre la compétition et se lance dans un tour de France puis un tour d'Angleterre à bord d'une 6 cylindres (le type V) avec quatre voyageurs et leurs bagages. Cette campagne promotionnelle allait promouvoir la robustesse et la fiabilité de la marque Hotchkiss. Il faudra attendre les victoires du Monte-Carlo pour que les commerciaux voient la courbe des ventes s'envoler.

Il est a noter que Hotchkiss est resté jusqu'en 1979 (année ou Bernard Darniche sur Lancia Stratos a égalé le record) la seule marque automobile à avoir remporté six victoires au Rallye de Monte-Carlo !
Pour qu'un tel exploit fût possible, il fallait la rencontre d'un rallye international prestigieux et d'une automobile remarquablement au point entre les mains de brillants pilotes.

En 1919 à l'initiative d'un journal de renom "Automobilia" une enquête sur les besoins d'un autodrome en France était lancée. Les réponses des constructeurs furent unanimes sur la nécessité d'une telle construction. Voici la réponse de M. Terrasse Directeur des automobiles Hotckiss parue dans le journal :

Automobilia - Octobre 1919 (BnF)

Rallyes - Compétitions

1925 - Course de côte de Nice La Turbie

1925 Nice la Turbie - Aulan (BnF)

1926 - Rallye de Monte-Carlo les frères Falck partant de Paris arrivent 12 ème au classement général

1926 Chateau-Thierry - Piccioni sur Hotchkiss 3 litres (BnF)

1927 - Rallye de Monte-Carlo on compte trois Hotchkiss parmi les 25 premières places du classement général, avec Salle (13ème) parti de Koenigsberg, Ragazzi (14ème) parti de Gibraltar, et Falck (24ème) parti de Boulogne. 45 concurents classés sur les 67 et déjà Hotchkiss pointait son capot à l'horizon.

1927 Paris-Nice - Robert Cambouis au pesage (BnF)

1928 Paris-Nice Andre Falck au pesage (BnF) 1928 Paris-Nice Robert Cambouis au pesage (BnF)

1929 - Autodrome de Montlhéry Le concessionnaire Parisien Hubert de Corvaïa avec le soutien discret de l'usine fait préparer un châssis AM80 par le responsable de l'atelier des prototypes, René Lambezat. Le 12 septembre 1929, l'AM80 affectueusement surnommée "Raymonde", prend la piste. Seize jours plus tard elle termine sa démonstration après avoir parcouru 40726,066km à la moyenne de 106,057km/h. 19 records du monde et 27 records internationaux sont battus, dont celui des 4000miles (6437km). Retrouvez plus d'informations dans le paragraphe Les records en bas de cette page.

1930 - 24 heures de Spa AM 80 Helaers / Maurice Vasselle 7ème 2.0-3.0 2ème

1931 - 24 heures de Spa AM 80 Maurice Vasselle / Helaers 1er en catégorie 3.0 litres

1931 - Circuit des Routes Pavées Falck 1er en catégorie 3.0 litres voiture de sport

1931 - Coupe des Alpes AM 80 A. Faure-Durif 44ème

1932 - Rallye de Monte-Carlo Maurice Vasselle/Duhamel, sur une Hotchkiss AM 2 (n°64) faux cabriolet Weymann de 2,5L, ouvre le feu en enlevant la 1ère place. Il est parti d'Uméa et a parcouru 3750km. Arrivé à Monaco il parcourt les 100m en prise au ralenti maximum en 2 minutes et 35 secondes 54/100 et les 100m départ arrêté en 11 secondes. Un consécration pour l'AM2 qui est produite depuis 1922 tout d'abord en 12cv, puis modernisée avec les soupapes en tête en 1925 pour obtenir 13cv. Une autre Hotchkiss (n°90) à moteur 6 cylindres conduite par G. Priquet, également partie d'Uméa, eut moins de chance.

1933 - Rallye de Monte-Carlo trois équipages Hotchkiss (20cv) engagés sur 109 participants. Maurice Vasselle (n°1) renouvelle son exploit sur une 20 CV AM 80 S et remporte la première place ainsi que la coupe du Country Club pour l'épreuve d'accélération/freinage devant la Renault de Guyot. L'équipage Louis Gas / Jean Trévoux partis d'Athènes (n°53) est éliminé faute de n'avoir pas pu franchier le contrôle de Budapest dans les délais et de J.E. Friis parti de Tallinn (n°113) hors temps.<br/>Jean Trévoux se rattrapera par la suite en devenant le pilote qui remportera les plus de victoires sur Hotckiss.

1934 - Rallye de Monte-Carlo 161 concurents au départ (58 marques) et de nouveau trois équipages engagés, Louis Gas et Jean Trévoux (n°4) sur 20cv au départ d'Athènes, Maurice Vasselle (n°1) sur 20cv au départ de Tallinn, Jean Vial et Daniel Porthault sur 13cv (n°114) au départ de Stavanger. C'est l'épreuve d'accélération/freinage qui les départagera. Gas et Trévoux donnent une 3ème victoire à Hotchkiss avec leur 620 spéciale allégée. Vasselle se classera 20ème, Vial et Porthault 23ème. Le total des points donne à l'équipe la première place vis-à-vis de n'importe quelle autre marque, même si elle comptait au départ 15 ou 20 voitures.

Gas et Trévoux sur AM80 spéciale allégée


Jean Vial et Daniel Porthault sur 13cv (n°114)

1934 - Paris-Nice 1er Jean Trévoux avec un moteur à double carburateur et culasse rabotée qui deviendra le 686PN comme Paris-Nice.

1935 - Rallye de Monte-Carlo une seule Hotchkiss au départ de Lisbonne (n°156), une 20 CV pilotée par un Portugais E.V. Ribeiro qui devra abandonner au contrôle de Bayonne. Jean Trévoux avait délaissé Hotchkiss pour Alfa-Romeo sans résultat.

1936 - Les 24h du Mans sont annulées en raison des grèves qui paralysent la France, l'Allemagne et l'Italie interdisent la sortie de devises ce qui entraîne une cascade de forfaits. Un haut de gamme sportif, lancé en cette année 36, reçoit le sigle GS pour Grand Sport (il évoluera en GS 1, 2 et 3), tous équipés du moteur 6 cylindres 20 CV. Equipé d'un carburateur double corps ou de deux carburateur la version Paris-Nice le 686PN sera encore plus redoutable. Retour en force de Hotchkiss au Rallye de Monte-Carlo ou cinq 20cv prennent le départ. Jean Trévoux/Louis Gas (n°2) au départ d'Athènes finissent 7ème, Mme. Marguerite Mareuse / Mlle. Fernande Hustinxs également au départ d'Athènes finissent 34ème, P. Guyard (n°32) au départ de Tallinn abandonne, Mlle Louise Lamberjack / Mme Petermann (n°40) de Tallinn finissent 30ème et Maurice Vasselle (n°86) abandonne

1937 - Rallye de Monte-Carlo deux voitures engagées, l'équipage L. Zamfirescu / Jean Trévoux (n°16) au départ de Palerme terminent 3ème et Maurice Worms (n°29) au départ de Stavanger 15ème. Gunter (n°78) est non classé.

1938 - Rallye de Monte-Carlo Jean Trévoux, sans équipier, sur Grand Sport (n°12) au départ d'Athènes finit 2ème et Yvonne Simon / Mlle Louise Lamberjack (n°44) également au départ d'Athènes 11ème. L'équipage P.A. Yannoulatos / A.G. Nicolaidis (n°29) abandonne sur accident.


Jean Trévoux - 20cv Grand Sport

1938 - Rallye de Lyon-Charbonnières  Yvonne Simon 1ère

1939 - Rallye de Monte-Carlo  Jean Trévoux / Lesurque (n°7) sur 686 GS Riviera termine 1er , Yvonne Simon / Suzanne Largeot (n°37) 8ème mais 1ère de la Coupe des Dames! Mme E. Agerou / P. Humbert (n°12) sont non classées.

Il est à noter que la voiture de Jean Trévoux roule toujours de nos jours !

Equipage Yvonne Simon / Suzanne Largeot

1939 - Liège-Rome-Liège  équipage Jean Trévoux / Marcel Lesurque 1er

1946 - Rallye des Alpes Française Huget 1er (Cat. 1) et Blein (Cat. 2)

1947 - Paris - Evian Peignaux / Bidu 1er sur 686 Biarritz


686 Biarritz vainqueur absolu au rallye d'Evian 1947

1949 - Rallye de Monte-Carlo doublé Hotchkiss : victoire de Jean Trévoux / Marcel Lesurque (n°36) suivi par Maurice Worms / Edmond Mouche (n°38), ces deux équipages pilotant des 686 GS Coach Modane. Même si la presse de l'époque présentait les deux voitures comme étant des voitures de série, la n°38 de Worms-Mouche possèdait un essieu avant rigide conforme au modèle 49 alors que la voiture n°36 de l'équipage victorieux était équipée de roues avant indépendantes. Ce 19ème rallye fut un test probant pour la nouvelle suspension avant de la future série "S49".

E. Mouche (au centre) et M. Worms (à droite) et la 20cv GS
avant le départ du Monte-Carlo 1949

Jean Trévoux / Marcel Lesurque et la 20cv GS
après la victoire au Monte-Carlo 1949

1950 - Rallye de Monte-Carlo sixième et dernière victoire de la marque remportée par Marcel Becquart / Henri Secret sur 686 GS Modane modèle 1939 (n°23). Les deux amateurs partis de Lisbonne eurent fort à faire avec des opposants de haut niveau. Pas moins de 10 Hotchkiss étaient engagées (Neuf 20cv et une 17cv). Worms et Mouche (n°243) en dépit d'une préparation soignée ne purent accrocher que la 18ème place.


Marcel Becquart / Henri Secret sur 686 GS Modane


Maurice Worms et Edmond Mouche sur 20cv Modane GS - 1950

Les records

Nous assistons dans les années trente à une frénésie de records du monde et après Voisin, Hotchkiss ne faillira pas à la règle. Compte tenu de l'expérience acquise en 1929, la conception et la construction de cette voiture de record est confiée à Aaron Goldberg et à René Lambezat. L'ingénieur dessine une carrosserie monoplace dotée d'un maitre couple réduit. Contre toute attente, la direction et les ingénieurs des usines Hotchkiss ne choisissent pas le six cylindres 20 CV mais le petit 4 cylindres de 11 CV équipé de deux carburateurs S.U. pour s'attaquer aux records de l'époque. Si tout le châssis est strictement standard la carrosserie est adaptée pour une conduite monoplace et pour recevoir un réservoir de 180 litres sur le flanc droit. Achevée courant 1933, elle s'élance sur la piste de Linas-Montlhéry le 11 octobre piloté par Georges Eyston, Denly et Maurice Vasselle.

La 4 cylindres de record à Montlhéry en 1934

Conduite par Eyston et Denly, elle s’attaque aux records des 48 heures et des 5.000 miles, et réussit plus de 150 km/h de moyenne.

Le 9 Mars 1934 après 53 heures de conduite et 5000 miles (plus de 8000km) à 152,46km/h de moyenne les records du monde tombent :

- Les "48 heures" détenu par Alfa-Roméo depuis novembre 1931 avec 151,92km/h

- Les 5000 miles détenu par Voisin depuis novembre 1929 à 146,73km/h

et bien d'autres soit onze records internationaux battus et un douzième établi !

La carrière de cette voiture se poursuivie avec une nouvelle carrosserie ouverte que l'on vit souvent à Montlhéry.

En 1936 au main du pilote Albert Divo elle termina l'épreuve des 500 miles sur l'autodrome de Brooklands en Grande-Bretagne.